DISCOGRAPHIE

Ritchie Blackmore's Rainbow - 1975

Rainbow Rising - 1976

On Stage - 1977

Long Live Rock 'n' Roll - 1978

Down to Earth - 1979

Difficult to Cure - 1981

Straight Between the Eyes - 1982

Bent Out of Shape - 1983

Finyl Vinyl - 1986

Stranger in Us All - 1996
RAINBOW

Style - Hard rock
Connection -
Origine - Angleterre

Straight Between the Eyes - 1982 - Album
1. Death Alley Driver
2. Stone Cold
3. Bring on the Night (Dream Chaser)
4. Tite Squeeze
5. Tearin' Out My Heart

6. Power
7. MISS Mistreated
8. Rock Fever
9. Eyes of Fire

Généralement considéré par les fans comme le plus mauvais disque de Rainbow de l'époque Joe Lynn Turner, voire de Rainbow toute époque confondue, Straight between the eyes n'est pourtant pas aussi nul que ça mais plutôt très inégal. En effet, le pire côtoie le meilleur sur cette galette. Les influences néoclassiques de Ritchie Blackmore sont moins présentes que sur Difficult to cure (à part sur le solo de Death alley driver) et au contraire, les influences pop de Turner s'expriment davantage. Cela ne me dérange pas tant que la musique reste de qualité comme c'est le cas sur les magnifiques Stone Cold et Tearin' out my heart où la voix de Turner et la guitare de Ritchie se marient à merveille.
Mais cela devient limite insupportable sur les morceaux plus joyeux, que ce soit sur les très pauvres Power (qui ressemble pas mal au Bad girl de l'album Down to earth, en moins bien), Bring the night (dream chaser) ou turnerTite squeeze avec un riff typique de Ritchie emprunté à Run with the wolf du légendaire Rising. Reste 2 excellents titres, plus énergiques sur lesquels la touche pop de Turner est mise de coté : Death alley driver que l'on pourrait considérer comme un vrai classique du heavy-metal et Rock fever. Straight between the eyes est donc un album moyen mais néanmoins intéressant à condition de ne pas etre allergique au Rainbow avec Turner. David - 06/03/2003
Musiciens: Ritchie Blackmore-Guitare/Roger Glover-Basse/Joe Lynn Turner-Chant/Bob Rondinelli-Batterie/David Rosenthal-Claviers

Lu fois